20 novembre 2013

VIII - Le poète poète tente de vivre

  blanc il parle au mur blanc parle blanc regarde blanc le mur blanc parle parle regarde parle blanc visage blanc regard blanc s’efface blanc œil blanc lumière blanche vit blanc pense blanc sur blanc colore blanc est blanc de blanc blanc comme neige glace pelure de renard polaire peau d’ours feuille blanche comme neige innocence vertu virginité regarde le mur blanc sur blanc qui est blanc blanc vide  
Posté par balpe à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 octobre 2013

VII - Le poète poète s’accouple au poète poète

  il parle la caresse des yeux l'embrasse parle une langue elle comprend pas elle a cent ans elle est blonde vieille fragile admirative ébahie yeux écarquillés sur ces mots qui coulent sur ses mains ridées pli léger inquiet au coin des yeux le regarde l'écoute veut croire ce qu'il dit dans sa langue rude cet espoir fou qu’est sa jeunesse regarde bouger la moustache brune au rythme des mots il roule les mots«r» sourit parle caresse d'un flux de paroles sa voix images un peu fausses d'un film Technicolor     
Posté par balpe à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juillet 2013

VI - Le poète poète existe

  elle est terre elle est ocre du sol sa force sa rudesse sa générosité bandeau jaune dans ses cheveux pailles taille lourde sur deux jambes-pilier elle est terre voix rogue de la terre solidité bon sens tranquillité évidence poids fécondité rire rage immuable elle est partout à la fois incontournable inoubliable elle est éternité sûreté intelligence animale de la terre marche lourde certitude vie elle est elle    
Posté par balpe à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juin 2013

VI - Le poète formel parle au poète poète

  coulent les mots coulent morvent des flots de doutes des doutes des doutes des coulent se mouche le poète aveugle se mouche et les mots coulent morvent le poète aveugle est aveugle voit l'absence de sens du sens marche coulent les mots marche marche coulent morve marche travail travail doute doute doute d'où te redoute les mots douteux co(p)ulent se liquéfient fondent ses mots et ne servent à rien à rien d’autre    
Posté par balpe à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 mai 2013

V - Le poète poète annonce la fin du poète dramatique

  je vais t'apprendre ce que c'est qu'aimer trois fois… je vais t'apprendre ce que c'est la regarde pas au fond des yeux comme j'te dis la regarde pas au fond des yeux la regarde pas au fond des yeux la regarde pas elle te détruit te détruit elle te détruit ce que c'est qu'aimer trois fois fais-moi confiance confiance confiance confiance je sais moi ce que c'est qu'aimer aime-moi trois fois aime-moi aime-moi aime    
Posté par balpe à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 avril 2013

IV - Le poète poète embrasse le poète aveugle

  soudés par la bouche ne font qu’un qu’une algue mouvements très lents de tête doux très marins flottent au courant bourbeux de foule inondant couloirs nauséeux du métro sans visage bouches soudées double-face hermétiques aveuglés l’un dans l’autre comme poisson et poisson-pilote résistant aux flux forts lents violents reflux faibles d'une foule de travailleurs où ils s’accrochent sont contre et contre-contre    
Posté par balpe à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 février 2013

III - Le poète poète fait sa malle

  la nuit résiste à l'intérieur calé au creux de la banquette il fixe fixement la fenêtre qui creuse son sillage dans le noir tout est obscur parfois seulement de vagues traînées de lumière venue d'on ne sait où balaient son visage immobile du mouvement du train il regarde le train remue des masses d'ombres ne supporte pas l'obscurité le nulle part de l'air dans la nuit l'abandon longtemps seules restent immobiles les étoiles    
Posté par balpe à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 février 2013

II - Le poète poète pleure le poète formel

  comme lune au vent glacial d'hiver comme incarnat de l'âme je t'adore t'idolâtre…» «ô_ces_sourcils» épais noirs buissons lourdes houles flux reflux d'herbes calcinées d'amour…» «la profondeur océane de ton regard-merveille-pleur-soupir au temps si précaire…» ne bouge pas regarde attends écoute attends écoute «je_suis_à_toi_à_toi…» écoute dis autre chose qu'aimer adorer vouloir… sans ça… la mort des mots l'usure écoute «je_je…» je te ventre te lèvre te sexe te ne-pas-t'oublier te être-toujours-là te vouloir vouloir te... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 février 2013

II - Le poète formel pleure le poète poète

télé couleur télé couleur t’es laid couleur t’es l’aid coud l’heure t’es vingt cinq vingt six vingt sept vingt huit tes laies couleurs télé coule heure télé couleur télé couleur télé couleur tend la main tend la main tend télé couleur vingt neuf trente tend la main t’hais laid cou leur couleur télé oh taie lait coud leur t’es vé coule heurs couleur tend la main tend la télé là couleur attend l'heure à toute heure las té lé cou leur tes laies coulent heures
Posté par balpe à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 janvier 2013

I - Le poète formel joue au poète poète

ne voit pas les visages fermés la ligne horizontale des bouches regards perdus fatigués las ne les voit pas pense la vie les odeurs la vie voit les odeurs menthe cumin raz- el-nouth encens fortes des odeurs fortes piège les signes d’être dans l'épaisseur de l'air rassemble pour son regard des odeurs chaudes rondes des odeurs soleil vie sable chaud les voit ne voit pas voit
Posté par balpe à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,