il parle la caresse des yeux l'embrasse parle une langue
elle comprend pas elle a cent ans elle est blonde vieille
fragile admirative ébahie yeux écarquillés sur ces mots
qui coulent sur ses mains ridées pli léger inquiet au coin
des yeux le regarde l'écoute veut croire ce qu'il dit dans
sa langue rude cet espoir fou qu’est sa jeunesse regarde
bouger la moustache brune au rythme des mots il roule
les mots«r» sourit parle caresse d'un flux de paroles sa voix
images un peu fausses d'un film Technicolor